01 69 04 12 58

Dépistez et traitez vos acouphènes
——
à Morsang sur Orge

Vous trouverez sur cette page un guide d’information et de prévention sur les acouphènes qui vous permettra d’appréhender au mieux vos acouphènes. Les informations suivantes sont issues d’un document réalisé par des experts scientifiques et médicaux, membres du Comité scientifique de l’association JNA.

L’Association JNA (Journée Nationale de l’Audition) est dédiée à l’information et la prévention dans le domaine de l’audition. Vous pouvez retrouver toute leur documentation sur leur site internet : www.journee-audition.org.

Du dépistage au traitement, notre centre auditif à Morsang sur Orge s’engage à vous accompagner dans chaque étape de la prise en charge de vos acouphènes.

—— Que sont les acouphènes ?

 

Les acouphènes désignent des bruits entendus, de manière continue ou intermittente, « dans l’oreille » ou « dans ta tête », sans source sonore dans l’environnement. C’est le système auditif lui-même qui génère ces sifflements ou bourdonnements. Dans 95 % des cas, ces acouphènes n’ont aucune gravité. La majorité des acouphènes sont dits « subjectifs », ils sont uniquement perçus par le patient. Ces symptômes peuvent s’accompagner d’hyperacousie, c’est-à-dire d’une intolérance à certains sons. Apprendre à gérer ces symptômes au quotidien est possible.

Quelles origines ?

Les causes des acouphènes sont multiples : ils peuvent être dus à une maladie de l’oreille ou à un traumatisme sonore, mais également créés par un choc émotionnel, une prise de médicaments ototoxiques… Dans plus de 90 % des cas d’acouphènes, il s’agit de lésions des cellules sensorielles de l’oreille interne, résultantes d’un traumatisme, d’une infection… Il peut s’agir aussi de troubles hormonaux, métaboliques, vasculaires ou d’hypertension… Les causes de survenue peuvent être aussi purement mécaniques, comme par exemple, un bouchon de cérumen dans le canal auditif externe ou le blocage d’un osselet de l’oreille moyenne.

 

Que faire quand les acouphènes apparaissent ?

Loin d’être anodins, les acouphènes sont à considérer comme un handicap invalidant affectant à la fois l’état de santé et la qualité de vie personnelle. Cette intrusion passagère ou chez certains patients, permanente, peut conduire à l’isolement et provoquer des états d’anxiété, voire même mener à une dépression.

Quelles réalités ?

14 à 17 millions de personnes sont concernées par des acouphènes dont 4 millions en permanence ! Contrairement aux a priori, les jeunes sont aussi affectés par les troubles de l’audition et particulièrement les 15-24 ans.

—— Comment mieux vivre avec les acouphènes ? Une démarche en trois étapes

 

Acte 1 : Consulter son médecin traitant

Il pourra vous prescrire un traitement d’urgence. Dans les autres cas, il vous orientera vers un médecin ORL qui effectuera un contrôle de votre audition et des examens plus approfondis. Quand c’est possible, l’ORL traite la cause de la gêne, qui peut-être tout simplement, l’extraction d’un bouchon de cérumen. Dans la majorité des cas, ces investigations permettent d’éliminer les causes graves.

Si une perte auditive s’avère associée aux acouphènes, il vous orientera vers les solutions auditives qui géreront à la fois la compensation de la surdité et la gêne liée aux acouphènes.

En cas d’acouphènes réguliers ou permanents, le médecin ORL vous informera également sur les différentes techniques permettant de gérer le sentiment d’envahissement.

A SAVOIR : Dans le cas de survenue suite à une exposition sonore ototoxique, il est conseillé de consulter les urgences ORL du service hospitalier le plus tôt possible et lorsque la gêne ne disparaît pas dans les 8 heures.

 

Acte 2 : Apprendre à mettre les acouphènes à distance

Depuis les années 90, la prise en charge des acouphènes associe différentes techniques thérapeutiques.

  • La thérapie par le bruit : Elle peut consister en un simple évitement du silence, jusqu’à l’écoute quotidienne et volontaire de bruits blancs ou personnalisés. Cette écoute peut être ou non associée à un port d’aides auditives, et permettre aux personnes ayant une perte auditive, de ne pas ou peu entendre leurs acouphènes lorsqu’elles les portent.
  • La guidance psychologique : Il s’agit d’expliquer au patient comment les acouphènes sont générés et traités par le cerveau. La guidance psychologique permet de prévenir les conséquences auditives et psychologiques.

 

Acte 3 : Défocaliser les acouphènes

Au quotidien, il est important de leur accorder le moins d’importance possible. L’utilisation de techniques comme la Thérapie Comportementale Cognitiviste (TCC) ou la sophrologie, peut aider à gérer la mise à distance des acouphènes.

—— Quelles précautions prendre quand on a des acouphènes ?

Maintenir une vie normale permet de ne pas se laisser « enfermer » dans une spirale négative par les acouphènes. Il existe des attitudes à adopter au quotidien :

  • Maintenir une bonne qualité de vie sociale
  • Éviter le silence en privilégiant l’écoute d’un signal à faible intensité
  • Apprendre une technique permettant d’évacuer le stress
  • Éviter la consommation d’alcool & d’excitants (café, thé, colas)
  • Parler de ses difficultés à son médecin traitant*

—— L’hyperacousie

L’hyperacousie se traduit par une hypersensibilité de l’audition et une intolérance à certains sons du quotidien. Les causes de l’hyperacousie sont diverses. On s’accorde, toutefois, à expliquer ce phénomène à la suite d’une exposition trop longue à des sons trop forts, un traumatisme ou à la suite d’une infection de l’oreille, mais d’autres pathologies de l’oreille peuvent en être la cause.

L’hyperacousie peut, aussi, entraîner d’autres symptômes comme la douleur, le stress, la fatigue, les nausées et les migraines.

Pour traiter et se protéger de l’hyperacousie, il convient de se protéger des bruits excessifs, de réduire le stress et l’anxiété, et progressivement, réhabituer son oreille au bruit de la vie de tous les jours.